27.12.11

Un idéal

" L'homme d'affaires américano-allemand Nicolas Berggruen, classé par le magazine Forbes
au 171e rang des grandes fortunes aux Etats-Unis avec un patrimoine de 2,3 milliards de dollars, 
s'est séparé de ses maisons, leur préférant une vie d'errance d'un palace à l'autre "

Le Nouvel Economiste, 22 décembre 2011

19.12.11

Cocooner

( rien d'autre qu'un goûter d'hiver ° dehors, il pleut )
( nothing else but a winter's afternoon tea ° it's raining outside )

18.12.11

Jours de fête

( nef du grand palais ° paris )

12.12.11

8.12.11

Jardin de minuit

( ce soir, dans le jardin des locaux EMI )

Ce soir, ma boîte (dont je ne fais pas encore tout à fait partie) organisait sa grande convention de l'année.

Au programme, dans les locaux du label EMI (dès demain je guette les offres d'emploi chez eux, le lieu est sublime, privilégié) (ils disposent d'une salle de concert ultra-équipée) (un jour, j'ai vu M. Pokora (portrait craché de mon ex) présentant son disque d'or à quelques groupies prépubères réunies sur le trottoir), au programme donc, discours et présentation des nouveautés d'une entreprise qui ne connaît pas la crise suivis d'un cocktail au champagne et petits fours so delicious. Le tout, servi par une ambiance électrique surchauffée par un dj "presque David Guetta" juste pour nous. 

On est 500 (cinq cents), la moyenne d'âge est de trente ans. La plupart sont écrivains, musiciens, comédiens... Que des gens intéressants avec un univers, une passion. Ou que des névrosés sévères, ça dépend comment on le voit. Des artistes. 

Une belle soirée !, même si j'aurai souhaité plus d'échanges et de mélanges. 

6.12.11

Rose Printemps

( 8e étage ° printemps haussmann, paris )
( printemps haussmann's 8th floor ° paris )

4.12.11

Force

" Il paraît qu'on est jugé selon la force de ses ennemis "
James Bond ° Quantum Of Solace

27.11.11

L'heure de la prière

( dans une église milanaise )
( in a milanese church )

19.11.11

Nevermind

Non mais bon, c'est bien beau les relations humaines, tout ça, enfin je veux dire, entre hommes et femmes, mais je serai tellement mieux sans elles. Parce que c'est beau, mais douloureux aussi.

Ok, nevermind. Il y avait ça : Milano, Italia. Et les Macine de Mulino Bianco, en paquets d'un kilo. Si je doutais que le temps avait passé, eh bien il est passé, oui...

x





7.11.11

Ce bleu-là

( Place de l'Hôtel de ville ° Paris )

4.11.11

Peut-on décéder du cerveau ?

Ô joie Ô JOIE c'est le week-end. Je finis tôt, oui. C'est parce que je commence tôt, à l'heure où l'aurore pointe à peine.

Je viens de passer dix heures (10 heures) à bosser dans l'urgence, jonglant avec trente-six mille dossiers et accomplissant 36 000 tâches à la fois : rédaction ° coups de fils ° mails ° rédaction ° coups de fils... STOP !

Stop, c'est le week-end... Sourire détendu... Nuage sucré, douceurs et friandises... Se caler sur l'oreiller... Fermer les yeux.

Aujourd'hui je ne décèderai pas du cerveau.

3.11.11

Jeudi

07h30. Libido au top. Rendez-vous pro prévu le soir-même. 
Ai bien l'intention de le tourner en rendez-vous privé. 

10 heures. N'arrive pas à me concentrer. Tous mes sens en alerte. Pense trop au soir-même.

Midi. Rendez-vous décalé.
Mes plans tombent à l'eau, tandis que tombe la pluie. Grimace.

16 heures. Humeur de chien. Libido zéro.

16h04. Me sens moche.

16h15. Me fais draguer par les vigiles du printemps et de la fnac. Maigre consolation.

17 heures. Sublime vendeur chez zara. Sûrement très gay. 

17h01. Une vérification s'impose.

17h08. Vérification faite. Le vendeur est gay.
Envoie l'info à Jim, avec l'adresse du zara.
Libido abyssale.

18 heures. Retour a casa. Résultat des courses :
un gros gilet doudou
un tee shirt loose
un lonely planet
un parapluie benetton :
moins 70 euros

29.10.11

A propos de soi(e)

Je devais vraiment me faire chier l'autre jour pour publier la dizaine de photos de ma visite à l'Elysée. Non mais dans le genre relou, excusez du peu.
Ok, j'ai décidé de ne pas les supprimer.
Enfin, pour le moment.

Sinon, j'ai subi ma première séance d'épilation définitive. Subi est le mot. J'ai eu un peu peur quand l'esthéticienne m'a confirmé qu'"en plus, c'est l'intensité la plus faible" alors que j'avais déjà un peu trop mal... Les petits coups électriques à répétition sur mes inoffensives aisselles ont même déclenché une légère migraine... J'espère que l'électricité ne m'a pas créé une lésion dans le cerveau, du genre qui s'aggraverait au fur et à mesure des six séances prévues, voyez. Dîtes, c'est grave docteur ?

En tout cas, pour l'heure, je n'observe aucun changement (là, je fais référence à mes poils, pas à l'effrayante éventualité d'une tumeur cérébrale). J'ai hâte d'arborer des aisselles aussi douces que la soie de Chine. C'est tellement essentiel dans une vie.

28.10.11

Palabreries

C'était de sa faute. Il avait laissé une tablette de chocolat au lait noisettes Côte d'Or et elle l'avait toute mangée. Maintenant elle avait mal au ventre, se sentait pleine d'une énergie grasse et un pli mou entourait sa taille. Si au moins elle culpabilisait, peut-être que ça la ferait arrêter... Mais non, elle ne culpabilisait pas, jamais. Au boulot elle était tombée sur une coupure de Doutzen Kroes, ce mannequin hollandais à la tête de poupée. 1,78 m pour 54 kg, disait l'article. En rapportant la proportion à sa personne, elle calcula qu'elle devrait atteindre le poids de 44 kg. Elle s'esclaffa d'un air mauvais. Pourtant Doutzen n'avait pas l'air maigre. Et elle avait un mari vraiment très beau.

Alors elle décida pour la trois cent millième cinq cent deux fois de se remettre au sport.

17.10.11

Eté indien


Lumière oblique, feuilles mortes et tenues légères...
Une curiosité "anachronique" exacerbée au jardin des Tuileries



°°° Gay land °°° Bienvenue aux Buttes Chaumont !







° Luxe, calme et volupté au château de Fontainebleau °
Pensée pour F., dont les yeux ont la couleur de la rivière (bitch)

17.9.11

L'Elysée m'a tuer


En ce week-end de Journées du patrimoine, j'ai eu l'idée saugrenue de visiter l'Elysée. 
Ouverture, 08h30. Arrivée sur les lieux du crime, 08h15.

La foule, déjà, stagnait en file indienne jusqu'à la place de la Concorde.

8 heures plus tard, d'attente et de piétinement,
Je ne peux plus arquer. L'Elysée m'a tuer. 

Voici un panorama des plus belles photos !

( Place de la Concorde ° 08h15 ce matin )

Au Palais de l'Elysée, donc, on trouve :

des œuvres sculptées...

( front contre front, je lis tes pensées )

( éphèbe en pleine manucure depuis trois cents ans )

( ° La Pompadour ° )
( favorite de Louis XV, il lui offrit l'hôtel d'Evreux, actuel Palais de l'Elysée, comme résidence parisienne )

( Marianne de verre )

( art chinois dans le bureau de l'actuel président )


de la chlorophylle...

( bonzaï géant )

( bosquets fleuris très bien entretenus )


( démonstrations d'art floral )

( l'art floral, on maîtrise ! )




des luminaires majestueux...


( deux jours pour nettoyer un candélabre )



des salons officiels...



( vue générale et détails de la salle à manger officielle )
( d'après l'un des maîtres d'hôtel, le repas ne dure jamais plus de trente minutes )
( rois, reines, chefs d'Etat, dictateurs... qu'importe ° quand Sarko a fini, tout le monde a fini, voyez... )
( à Versailles, en son temps, l'Etiquette agissait de même )

( salle du Conseil des ministres, dans lequel ils se réunissent tous les mercredis )

( salon d'agrément )

( bureau présidentiel )

des gens en tenue, d'autres pas. Mais, tous attendent...



attendent...



et attendent encore

 


devant le perron, pour finir, toute une collection de voitures anciennes !

Bon week-end !






+++