29.1.11

Le bain

Rien de tel, je crois, que de se prélasser dans un bain.
Mon idéal de bain ressemble assez à ça :




Ce serait un tout petit lieu, 
cosy et vaporeux, donnant sur une baie vitrée.
Tout autour, la végétation d'une forêt enchanteresse
ou le panorama époustouflant de la chaîne de Belledonne.
Il y aurait des effluves d'huile essentielle,
de savon à la fleur d'oranger...
De la quiétude, tout simplement.

28.1.11

My Denon and I



Parmi les choses qui me procurent quelques frissons en ce bas-monde, ma Denon. 
Un morceau de Air, Sigur Ros, Mozart !
Le son réduit à sa pureté originelle
s'introduit en vous,
imprègne chaque pore de votre peau,
fouille votre âme.
Vous êtes transporté.
C'est la Denon émotion.

27.1.11

Dix petits berlingots

( ° Attention sujet hautement girly ° )

D'habitude j'aime l'hiver, le froid, les superpositions de fringues, s'emmitoufler, cocooner, se réchauffer les fesses devant la cheminée (sauf qu'à Paris j'ai pas de cheminée. La vie est mal faite). Et j'aime bien mes pieds. Oui, comme ça, sans transition. Ca a son importance, car j'aime moins mes mains. Mais j'aime bien les ongles de mes mains. Et les ongles de mes pieds. Bref. Voilà qu'après un énième jour de gris plombé/plombant so typiquement parisien, où le froid pèse un peu sur l'ambiance générale, me vient l'envie saugrenue de colorer mes ongles de pieds... Oh, non pas que je les néglige durant les frimas sous prétexte qu'ils se voient peu (je suis une fille soigneuse qui aime, à la limite, chouchouter ce que l'on voit le moins), non non... Mais, de là à les vernir... Allez, hop, j'applique une couche de taupe ; moui, trop neutre. Je veux de la couleur, du frais. Hop ! Aussitôt dit, aussitôt dégainé, ce joli rouge dont le laqué estival s'accordait si bien avec les sandales. Ma foi, à la suite de la première minute pendant laquelle l'habitude doit faire sa place, je suis satisfaite de voir mes pieds ainsi parés. On dirait dix petits berlingots°. C'est bôôô. Voilà un avant-goût très, très précoce de l'été prochain ! Et tant pis si à l'extérieur les bottes viendront recouvrir cet excès de coquetterie. Après tout, comme le disaient Les Inconnus dans l'un de leurs sketchs, "c'est la beauté intérieure qui compte".

° pas de visuels, nan.

26.1.11

Les p'tites attentions

C'était une délicieuse surprise. Je commandais à la serveuse deux boules de sorbet à la mangue toutes simples pour clore la fin du déjeuner sur une note légère, feignant d'ignorer le fondant au chocolat qui me faisait dangereusement de l'œil... Un bon compromis le sorbet mangue ; ça réduit la note calorifique sur la balance tout en satisfaisant le péché de gourmandise. 

Le dessert s'avança : ô ravissement ! La glace s'épanouissait en portions généreuses, agrémentée de tranches d'ananas bien juteuses et de kiwi vert fluo, de grains de raisin mauves et d'une adorable baie de Physalis délicatement posée en son centre. Un véritable festival de couleurs, ravissant à la fois les pupilles et les papilles : l'œil flatté, il s'avéra plus tard que le palais se délectât tout autant. 

Ces petites attentions-là je les chéries, j'aime qu'elles se fassent désirer, qu'elles me surprennent.
Ne sont-elles pas de parfaites cerises sur le gâteau ?

21.1.11

Nude


Ciel, mer
Frais et gris
Le paysage est nu

Sky, sea
Fresh and grey
The landscape is nude

( Saint-Raphaël, France ° septembre 2010 )

18.1.11

Chambre avec vue


Sifnos
Caillou posé sur les flots sans prétention aucune
La plage ocre, déserte et chaude
Authentique Sifnos

( Cyclades ° septembre 2007 )

17.1.11

Chanel is High

Ok, ok... Je débarque avec plusieurs mois de retard et ça, dans le petit monde de la mode, ça se compte en années-lumière ! Impardonnable. Je sais, je sais. Mais, je ne suis pas une modeuse les gars et quoi, Chanel est intemporel, non ?

J'avais envie de faire partager à ceux qui ne l'ont pas encore vu sur youtube (oui, quand on ne reçoit pas de carton d'invitation, on va sur youtube), pour le plaisir des yeux (et des oreilles ! l'orchestre donne des frissons), les dernières minutes du défilé printemps-été 2011 dans le décor somptueux du Grand Palais, à Paris.

Quelle beauté ! Admirez ces tissus, tout tombe parfaitement bien, c'est léger, fluide, d'une qualité irréprochable. C'est Chanel. Chaque vêtement est une petite merveille, chaque fille a une allure folle, à la fois rock et angélique (elles semblent quand même un peu stressées par le point de chute devant les photographes ; un vrai ballet ce défilé !).

J'adore l'arrivée de Karl tel Louis XIV en ses jardins de Versailles, plus tard au bras d'Inès la fabuleuse, dont le naturel désarmant est à lui seul une leçon de style. Ils se la pètent gentiment. Ca doit être ça, bosser dans la mode.



16.1.11

Everglade °

J'adore lorsque deux arts se rencontrent jusqu'à se confondre. Lorsqu'ils se mixent et s'apportent le meilleur d'eux-mêmes, pour créer une œuvre tout à fait originale. 

J'ai retrouvé cette idée avec le petit film réalisé par les photographes Inez van Lamsweerde et Vinoodh Matadin. Ils ont profité d'un shooting pour la campagne de pub automne-hiver 2010-2011 de Balmain pour réaliser une petite vidéo de Kate Moss. La voici donc prenant la pose lascivement sur un canapé, alors que des effets d'animation étranges (en fait, des dessins signés Jo Ratcliffe) apparaissent autour d'elle.

C'est joli, non ?



° Le titre du clip fait référence à une chanson d'Antony and the Johnsons (ouais mais en même temps je ne sais pas qui c'est).

15.1.11

Brune Forever

Bon alors pas de mystères, je suis brune, brune, très brune, la seule à ce jour à avoir hérité du gène, je tiens ça de ma mère, qui tient ça de ses parents, qui tiennent ça de, heu... ... Bref, tous dotés d'une chevelure noir corbeau, quel chouette cadeau, j'adore !

Mais voilà, depuis quelques années – et carrément depuis la dernière décennie – mes beaux cheveux bruns sont striés de fils d'argent. Et ça se voit (un cheveu blanc sur du noir forcément ne passe pas inaperçu). Et ça suscite des commentaires : voilà ce qui m'exaspère ! Parce que sachez-le (si vous ne l'avez pas déjà remarqué), ce sujet hautement spirituel ne laisse personne indifférent (si, si). Et chacun de ramener sa fraise.

Il y a les contre, indignés : "mais pourquoi tu ne fais pas une couleur, enfin ?", avec pour variantes :
° "tu es trop jeune pour avoir des cheveux blancs !" (no comment),
° "tu ne prends pas soin de toi !" (idem).
Et puis les pour, qui, eux, s'extasient : "c'est joli / c'est charmant / ça donne du caractère..."

...

Connaissant les liens très particuliers que tissent la plupart des filles avec leur tignasse, qu'en pense la principale intéressée ?
Eh bien, elle s'en fiche !
Comment ils disent dans les magasines ? "Elle cultive un rapport très sain avec ses cheveux".

14.1.11

Éloge de la diversité

( Paris depuis Notre-Dame ° été 2008 )

Quand elle descend de sa montagne à cheval après un séjour d'au moins dix jours pour revenir à Paris, la brunette est toujours étonnée de voir autant de faciès différents et inconnus se mouvoir autour d'elle. (Oui, la brunette se prend parfois pour la reine de Saba.) Une multitude de visages qui, sitôt vus, seront pour la plupart déjà oubliés... C'est ainsi.

Il faut dire que dans son village quasi natal, ben y'a pas foule, et tout le monde ou presque se connaît depuis la nuit des temps. On a donc l'habitude de côtoyer les mêmes trombines, souvent d'une même famille d'ailleurs, on ne se pose même pas la question de la diversité du genre humain (bien qu'on ait la télé je vous rassure. Et les chaînes par fibre optique ne vont pas tarder). Or, quand on évolue d'un hameau de 3 000 âmes à la capitale avec pour seule transition j'ai nommé le super TGV, force est de constater que la question se manifeste à elle réellement, dès même l'arrivée en gare de Lyon.

C'est un fait : le pied à peine posé au sol / déjà happée par le rythme frénétique de la plus belle ville du monde (enfin faut voir, elle a pas encore vu Rome) / et vite qu'elle se dépêche pour ne pas traîner dans ces couloirs de métro aux odeurs nauséabondes (aaah le petit vent frais du soir là-haut sur le col du Fémur, il est loin déjà), la brunette réalise à chaque fois avec une naïveté confondante combien l'homo erectus peut se muer en physiques totalement différents les uns des autres.

Quel beau panel, les amis. Et tandis qu'elle file en direction de son deux-pièces à la vitesse de la ligne 12, immanquablement elle se dit avec une certaine tendresse : "Ah, ça, je suis bien à Paris."

10.1.11

Hello everybody!

( Ambiance japonaise au Parc floral, Paris ° été 2005 )

C'est gé-nial je suis ra-vie j'ai enfin créé mon blog ! Ben oui l'idée a mis du temps à me parvenir à l'esprit et encore plus à s'y imposer... Après avoir conseillé à deux ou trois amis de créer le leur (sans succès à ce jour et c'est bien dommage), j'ai appliqué à moi-même cette bonne résolution ! On est en janvier ? Ca colle encore mieux ! Youpi, champagne et cotillons, à très vite les amis !

That's great I'm so pleased I have created my own blog at last! We have to say that the idea has taken a lot of time to come till my mind and still more to stay here... After having advised to my friends to create theirs (without success to date and that's a real pity), I've made a resolution to myself! We are in January? That's perfect! Yippee, champagne, see you very soon guys!