22.3.11

Comment passer pour une souillon

Tu te souviens, lecteur, j'avais parlé rapidos de la classe d'Inès de la Fressange, ici. Eh bien figure-toi qu'aujourd'hui, passant avec l'insouciance heureuse d'un nouveau-né devant la vitrine d'une boutique montmartoise, l'œil attiré par les petites merdouilles indiennes pleines de couleurs, j'entre ; derrière la porte une femme recule, me laisse entrer, la boutique est toute petite, vraiment minuscule. Eh bien c'était elle. Inès. Entourée de deux jeunes mecs, dont l'un avec une caméra à l'épaule. En plein reportage. Elle était grande, elle était mince, elle était classe. Elle avait sa voix légèrement nasillarde. Moi, à côté, j'étais plus petite (de deux têtes au moins), plus ronde (définitivement), plus souillon (si j'avais su, je me serais coiffée).

Ce que j'en conclus : ne jamais se poser à côté d'Inès de la F., même par inadvertance. Ca peut vous flinguer une journée !


You remember, reader, I had briefly spoken of the Inès de la Fressange's sophistication, here. Well imagine that today, passing with the happy carefreeness of a newborn child in front of the shop window of a shop of Montmartre, the eye attracted by the lil Indians stuffs full of colors, I enter; behind the door a woman puts off, admits me, the shop is quite small, really tiny. Well, it was her. Inès. Surrounded by two young guys, of whom the one with a camera in the shoulder. In full report. She was tall, she was thin, she was classy. She had her slightly nasal voice. Me, close to her, I was smaller (two heads at least), fatter (definitively), untidier (if I had known, I would have done hair).

What I can conclude: never settle near Inès de la F., even when it was not expected. It can guns you down a day! 

2 commentaires:

Marcia B. a dit…

Glad to have discovered your blog, very interesting!

dressingup-everyday a dit…

Ines is definitely unique