22.5.11

Really?

( ce que j'ai aimé du film ? l'affiche )

Nan mais d'habitude je ne suis pas si à côté de la plaque. Je m'explique. Je suis allée voir le dernier Woody Allen. Dès l'ouverture, je n'ai pas aimé. C'est quoi cette succession de plans de Paris même pas beaux ? Le reste du film n'a rien arrangé : les Ricains sont forcément logés dans un palace, les clichés sont omniprésents et pas subtils pour un sou... On a bien compris (pour avoir lu quelques interviews au préalable) que Woody Allen s'était largement inspiré de cette période de sa vie lorsque, jeune scénariste, il vécut plusieurs mois au George V et succomba au charme de la Ville Lumière. Au point, d'ailleurs, d'avoir toujours regretté de ne pas s'y installer définitivement.

Bref. Carla ? Ben, elle est bien Carla, toute en douceur et retenue. C'était pas la peine d'en faire un cake. Marion ? Marion Cotillard, toujours parfaite (elle m'énerve celle-là). Gad Elmaleh ? Tiens, oui, il est là, dans une apparition furtive mais très sympathique.

J'aime en général lire les critiques de la presse une fois le film vu. Toutes ont adhéré. Toutes ! Mais genre, le maximum d'étoiles pour tous les supports : Le Monde, Le Parisien, Libé, Première... Hein ? Mouais. Bon. Ok. De toute façon les critiques n'ont aucun goût, c'est bien connu.

Mon avis en général diffère peu des critiques (lues après avoir visionné le film, j'insiste), mais là, rien à voir. Comme Midnight in Paris, finalement. Y'a rien à voir dans ce film. 

Sorry, Woody.

Melancholia

et toi mon cœur pourquoi bats-tu
comme un guetteur mélancolique
j'observe la nuit et la mort

j'ai eu le courage de regarder en arrière
le cadavre de mes jours

( Guillaume Apollinaire )

16.5.11

A Real, Real Fairy Tale


Réalisé sans trucages !
Realized without special effects!

14.5.11

The Denon Loves The Christians

L'autre jour, j'ai revu Barry Lyndon (une pépite). Le thème musical m'a sauté au cœur, et m'a violemment remémoré Words, de The Christians. J'avais quatorze ans.
Je ne dédicace ce morceau à personne en particulier... Il m'émeut, voilà tout...

The other day, I've watched again Barry Lyndon (a nugget). I've felt a pang when I've heard the main music theme. It has remind me Words, of The Christians. I was fourteen years old. 
I dedicate this piece to nobody in particular... It moves me, that's all...



11.5.11

So Me

( petit bazar )
( lil mess )

Ce petit bazar, là, c'est très moi. Chacun de ces objets, je les reconnais instantanément, ils sont miens et tellement moi. Moi, moi, moi (je suis très nombriliste aujourd'hui).

This lil mess, here, is very me. I instantaneously recognize each of these objects, they are mine and so me. Me, me, me (I am very egocentric today). 

8.5.11

Chiasse Attack

( âmes sensibles s'abstenir post hautement répulsif )

L'autre jour, au petit parc (oui, c'est le nom que j'ai décidé de donner au très beau square dans lequel je dévore mon déjeuner), les pigeons avaient la chiasse.

Je sais, c'est affreux.
Dégueulasse.
Immonde.

Pourtant j'adore ce square. Spacieux, doté de grands arbres élégants et d'un kiosque à musique très XIXe, il est tout en longueur et entouré d'immeubles haussmanniens roses et beiges. L'autre jour, un piano à queue était livré à l'aide d'une grue télescopique ; opération délicate, mais réussie ; tout le monde avait les yeux rivés dessus (tombera, tombera pas ?).

Un petit parc plutôt bien fréquenté : les petits vieux du coin s'y retrouvent gaiement, les enfants y courent jusqu'aux jeux prévus à leur effet, les actifs viennent tranquillement y manger un bout au soleil.

Mais voilà, l'autre jour, les pigeons... je hais les pigeons... les pigeons du beau petit parc avaient la chiasse. Comme ça, d'un coup, un gros pâté verdâtre tombait tel un missile de l'une des branches, là, au-dessus de nos têtes, pour s'aplatir violemment au sol. Au sol, pour les chanceux ! Car pour les autres, la crêpe fumante atterrissait qui sur la manche, qui sur l'épaule... 

C'est comme ça que j'ai fait la connaissance de Dédé et de son pote, deux papis bavards. J'avais donné un mouchoir à Dédé pour qu'il essuie la fiente. Et voilà pas qu'il en profite pour me faire un laïus sur la merde de pigeon ! Hey, Dédé, tu vois pas que je suis en train de me sustenter ?

Il avait presque réussi à me couper l'appétit, le bougre. J'te jure.

7.5.11

L'île aux oiseaux


Mais si, ils sont là, sur le côté...
The island where birds live quietly: yes, there, on the right!...

5.5.11

He Said That (2)

" Il n'y a que les idiots qui disent du mal du gris "

" D'après vous, quelle est la couleur de la France ? Vous ne trouvez pas que chaque pays a sa couleur propre ? Ce que Rimbaud a imaginé pour les voyelles, on peut l'appliquer à tous les pays ! Le saviez-vous ? Et pour moi la couleur dominante de la France, c'est le gris. Le gris profond des toits. Le gris heureux de la lavande de Provence. Le gris-vert de la Champagne. Couleur cadavre de la Grande Guerre. C'est d'ailleurs très beau, le gris. C'est fait de mille nuances. Il n'y a que les idiots qui disent du mal du gris. "

Michel Bouquet, Le Promeneur du Champ de Mars

4.5.11

Unknown Guy and His Dog

( Baie de Somme )

J'aime beaucoup cette photo que j'ai osé prendre d'un inconnu charismatique et de son chien photogénique. Je crois que j'ai ici, sous les yeux, la projection d'un certain idéal.