8.5.11

Chiasse Attack

( âmes sensibles s'abstenir post hautement répulsif )

L'autre jour, au petit parc (oui, c'est le nom que j'ai décidé de donner au très beau square dans lequel je dévore mon déjeuner), les pigeons avaient la chiasse.

Je sais, c'est affreux.
Dégueulasse.
Immonde.

Pourtant j'adore ce square. Spacieux, doté de grands arbres élégants et d'un kiosque à musique très XIXe, il est tout en longueur et entouré d'immeubles haussmanniens roses et beiges. L'autre jour, un piano à queue était livré à l'aide d'une grue télescopique ; opération délicate, mais réussie ; tout le monde avait les yeux rivés dessus (tombera, tombera pas ?).

Un petit parc plutôt bien fréquenté : les petits vieux du coin s'y retrouvent gaiement, les enfants y courent jusqu'aux jeux prévus à leur effet, les actifs viennent tranquillement y manger un bout au soleil.

Mais voilà, l'autre jour, les pigeons... je hais les pigeons... les pigeons du beau petit parc avaient la chiasse. Comme ça, d'un coup, un gros pâté verdâtre tombait tel un missile de l'une des branches, là, au-dessus de nos têtes, pour s'aplatir violemment au sol. Au sol, pour les chanceux ! Car pour les autres, la crêpe fumante atterrissait qui sur la manche, qui sur l'épaule... 

C'est comme ça que j'ai fait la connaissance de Dédé et de son pote, deux papis bavards. J'avais donné un mouchoir à Dédé pour qu'il essuie la fiente. Et voilà pas qu'il en profite pour me faire un laïus sur la merde de pigeon ! Hey, Dédé, tu vois pas que je suis en train de me sustenter ?

Il avait presque réussi à me couper l'appétit, le bougre. J'te jure.

Aucun commentaire: