3.9.11

The Denon Loves Salif Keita

Depuis qu'au taf j'ai redécouvert les subtiles balades de Salif Keita, je ne me lasse plus de les écouter. Si intenses, elles soulèvent en moi une émotion réelle qui commence là, au creux du ventre. Sans doute parce qu'elles véhiculent la terre rouge d'Afrique foulée par des millions de pieds depuis des millénaires, les voix brutes, dénuées d'artifices, et qu'elles emportent dans leurs mélodies toute la richesse des cultures anciennes. La musique de Salif Keita résonne sur les cordes sensibles de l'âme parce qu'elle parle à l'humanité.

Par moments au taf, le casque vissé sur les oreilles, je suspends mon rythme, je retiens mon souffle, l'univers s'efface : je voyage, je m'envole, j'oublie de travailler. J'écoute. Puis, lentement, le souffle revient, choqué. Le cœur avait loupé un battement. Il repart, ému. La main, sur la souris, tremble un peu.

Et c'est comme ça plusieurs fois par jour, même avec le même morceau.
Ne le dites pas à mon patron...

PlayList:
Folon
La Différence
Papa
Yamore
Laban
(à écouter impérativement avec du bon matos pour saisir l'émotion)

Aucun commentaire: