26.7.13

Firenze, Firenze


Ci-dessus, c'est Firenze. On reconnaît il Duomo au-dessus de l'Arno, et puis la tour du Palazzo Vecchio. Et cette lumière à nulle autre pareille.

La première fois que je suis venue à Firenze, c'était en novembre 2012. Je ne savais pas que j'allais y revenir souvent. Je ne savais pas que ses rues Renaissance me seraient bientôt familières.

Tellement j'aime cette ville, j'adorerais y acheter un pied-à-terre. Ou bien je séjournerais au Four Seasons, sublime de beauté. Le cadre incroyablement enchanteur atteint une perfection presque irréelle. 

Firenze c'est le berceau de Léonard de Vinci, de Michel-Ange, et j'en passe. J'aime l'idée qu'ils ont un jour lointain foulé ces pavés biscornus. 

( la très belle biographe de Sophie Chauveau sur Léonard de Vinci, chez Folio )
( à lire de préférence sur les marches de l'église Santa Trinita, et jeter un oeil de temps à autre sur les passants )




A Firenze le ciel très pur peut virer au noir profond lorsque l'orage menace. Les éléments sont très présents. On a ressenti le tremblement de terre. Ciel, terre : la nature s'exprime avec force sans faire dans la demi-mesure.  

( cathédrale sur bleu dingue )

Firenze me fait penser à Paris. En mieux. 

22.7.13

De la fraîcheur où on peut



Comme il me plaît de jeter un oeil sur la lavande à la fenêtre
la vue de ce verre glacé
ravit mon existence